Mes premiers pas dans le monde de la périnatalité étaient il y a 10 ans, durant mes études d’infirmière lors d’un stage en service de maternité dans une petite clinique de bordeaux rive droite où j’ai eu l’immense privilège et joie d’assister à plusieurs accouchements aussi bien par voie basse que par césarienne.

J’ai vécu ce stage comme un tsunami émotionnel, à 22 ans je découvrais le monde des naissances avec admiration. J’admirais les sages-femmes et leur empathie, leur bienveillance et la douceur qu’elles dégageaient. Puis j’admirais les mères, leur force, leur amour si puissant pour leur petit, leur courage et la beauté de leur vulnérabilité. En tant qu’étudiante infirmière et non sage-femme je n’ai pas pratiqué beaucoup de soins médicaux auprès des mamans mais j’ai pu les aider dans les soins auprès de leur bébé, la mise en route de l’allaitement et surtout leur offrir une écoute empathique, particulièrement autour du 3ème jour postpartum lorsqu’elles traversaient des tempêtes émotionnelles très fortes.

Ce stage a été le plus doux, le plus beau de mon parcours d’étudiante et je comprends aujourd’hui que c’était une initiation à ce que j’allais devenir dix ans plus tard. Aujourd’hui en tant qu’infirmière libérale intervenant à domicile je prend souvent en charge des patientes enceintes ou en suite de couches pour des soins médicaux, en veillant à leur offrir une possibilité de discuter de leur vécu dans la grossesse et les premiers jours postpartum.

Mais vous le savez, ce qui me passionne aujourd’hui c’est de travailler comme doula et j’espère de tout cœur en faire mon activité principale dans les années à venir.

C’est en devenant maman et particulièrement durant ma troisième grossesse arrivée à la suite d’une fausse couche que j’ai découvert ce métier, grâce aux méditations de Kristelle Cardeur du compte Karma.mamas et en entamant un retour très lent vers une sorte de spiritualité, un besoin très fort de comprendre qui j’étais et où j’allais et de me reconnecter à mon corps, mon esprit et mon bébé.

Chemin faisant, c’est autour du neuvième mois de ma fille (ma deuxième fille, Aurore) que j’ai eu cette révélation soudaine de me former au métier de doula ! Moi qui suis tant passionnée par la grossesse, l’enfantement et le postpartum, en admiration devant la puissance des femmes et totalement in love d’à peu près tous les petits bouts de choux que je croise : « Lance- toi ma p’tite, ce métier est fait pour toi. »

Alors me voilà partie à retrouver toutes les formations francophones pour devenir doula ; les longues, les courtes, celles en présentiel, d’autres en ligne. J’ai mis pas mal de temps à me décider, j’ai demandé de l’aide à d’autres doulas pour me guider, passé quelques heures en entretiens téléphoniques et à poster des mails à des organismes, puis finalement j’ai trouvé mon propre parcours fait de plusieurs formations qui me permettraient d’avoir un champ d’action large et diversifié mais orienté de base vers le suivi postnatal que j’affectionne beaucoup.

J’ai donc suivi une formation de doula postnatale en janvier auprès de Camille Laperle, fondatrice de l’organisme Maternité sacrée, puis obtenu la certification au mois de juin.

Cette formation m’a permis de me spécialiser dans l’accompagnement en postpartum avec une offre de service dédiée à cette période, qui à mon sens manque énormément de suivi et de soutien. J’ai constaté que les mamans aujourd’hui ne sont plus toujours entourées et épaulées par leurs familles, amis et le deuxième parent n’a que très peu de jours de congés. Les mères ont besoin d’une personne qui les soutienne dans leurs difficultés, leur permette de se reposer, de connecter avec leur bébé, de prendre soin d’elles.  J’ai pu découvrir la cuisine ayurvédique en postpartum, les soins de resserrage du bassin, le yoni steam et tant d’autres choses.

J’ai ensuite validé une formation aux massages shantala pour les bébés que je propose dans mes forfaits en postpartum ou sous forme d’ateliers à domicile.

Aujourd’hui j’ouvre mon champ de formation à la période pré-natale, et j’ai pu avoir l’honneur de participer au séminaire Paramanadoula de Michel Odent (Docteur obstetricien, auteur et chercheur de renommée internationale) et Liliana Lammers (doula et femme-sage formée par Michel Odent).

Ce séminaire est une référence pour le métier de doula tant l’énergie y est forte et les partages riches. Il traite de la physiologie de l’accouchement – entendez accouchement naturel, la façon dont le travail se met en route, le rôle des hormones dans ce processus et comment aider la mère à enfanter dans les meilleurs conditions, seule, lorsque l’accouchement n’est pas pathologique. J’y ai appris que les mères ont la capacité instinctive d’accoucher et que les bébés ont la sagesse de naître. Évidemment, cela n’exclut pas LA NÉCESSITÉ d’être accompagnée par une sage-femme lors de l’accouchement pour veiller à la santé de la mère et de son bébé.

Actuellement, je suis en formation pour devenir facilitatrice d’espace sacré. Cette formation m’aide à mieux intégrer dans mon quotidien la notion de sacré, que je viens de découvrir et qui m’attire beaucoup. Je découvre les relations entre les cycles de la lunes et les cycles menstruels, j’apprends à me rapprocher de ce grand Tout, des éléments, et de ma vraie nature plus instinctive, moins normée. Cette formation je la suis avant tout pour moi, pour mon développement personnel mais aussi pour ancrer ces notions en moi afin de célébrer des cérémonies autour de la périnatalité, et des cercles de femmes de manière authentique. Cette formation se terminera au mois de décembre.

Au mois de septembre, je vais suivre le séminaire « L’approche quantique de la naissance : l’enfantement entre science et sacré » par Karine Langlois alias Quantik Mama, sage-femme et séminariste. Là aussi j’approfondirai mes connaissances sur l’accouchement physiologique, le vortex de la naissance et la notion de quantique. Suite à ce séminaire je serai donc en capacité d’accompagner des familles en période prénatale. J’ai super hâte !!

Pour terminer, je suis inscrite à la formation de doula quantique par Quantik Mama qui durera dix mois à partir de janvier 2021 et me permettra de valider officiellement une spécialisation en tant que doula holistique (Le saint graal pour moi, mon but ultime dans ce métier). Je serai alors en mesure d’accompagner durant toute la période de la pré-conception aux six premières semaines postpartum en passant par un soutien dans les cas de fausses-couches ou de deuil périnatal, en proposant un accompagnement global et varié. C’est à mon sens la formation la plus complète que l’on puisse suivre en tant que doula. Espérant maintenant de tout cœur que tout ce travail et cet investissement me permette d’être la doula que je rêve d’être : douce, rassurante, qui redonne toute leur force et leur confiance aux mères et pouvoir un jour j’espère ne vivre que de ce métier qui me passionne, et être transformée vers une meilleure version de moi-même.

Voilà pour mon parcours.

Je suis infiniment reconnaissante envers l’univers de m’avoir guidé sur ce chemin et je remercie de tout cœur ces âmes bienfaitrices qui me permettront de m’épanouir dans cette voie et d’accomplir le changement de paradigme des naissances : Camille Laperle, Karine Langlois , Michel Odent, Liliana Lammers mais également Elodie de l’école Doula des lunes qui a su m’aider à trouver ma voie dans ce parcours de formation avec énormément de bienveillance et de générosité.

Merci aussi à Kristelle Cardeur de m’avoir fait découvrir ce métier. Tous ensemble nous allons redonner le pouvoir aux femmes d’enfanter en pleine conscience et dans le respect de la physiologie. Merci à vous mes mentors, belles âmes, femmes sages et sauvages de paver la voie de la beauté dans l’univers de l’enfantement et de transmettre avec tant de générosité.

Merci aussi à mon mari de me soutenir dans ce projet, de toujours croire en moi, de participer activement dans cette entreprise et de me laisser cramer le compte en banque dans les formations. Je t’aime, ensemble on y arrivera.
 
Merci à tous mes proches adorables qui me soutiennent : famille (mes sœurs que j’aime tant, mon beau-frère, cousines, cousins, tantes), amies (Justine, Estelle, Amélia, Camille) toujours bienveillantes et qui ne me jugent pas. Quel bonheur d’être entourée de personnes comme vous.

Enfin, un mot pour toi mama, j’ai tellement hâte de t’accompagner, de te transmettre mes savoirs et te donner confiance en ton pouvoir et ta puissance féminine. Pour ton bien-être, celui de ton bébé, pour ton couple et pour la société, pour la condition de la femme qui ne sera plus infantilisée, je l’espère, dans son suivi médical.

Je te dis à bientôt. LOVE.